5 questions à Véronique, venue vivre au Québec

Véronique, vient de Bretagne, de Quimper plus exactement, dans le sud du Finistère. Elle a la double nationalité, française et canadienne, ...


Véronique, vient de Bretagne, de Quimper plus exactement, dans le sud du Finistère. Elle a la double nationalité, française et canadienne, ce qui lui a permis de ne pas s’embêter avec les démarches administratives d’immigration. Pourtant, lorsqu’elle a décidé de revenir s’installer au Québec en 2015, ce ne fut quand même pas une mince affaire! Aujourd'hui, Véronique est installée à Sherbrooke, pas loin de Montréal. Avec son expérience dans le domaine de la vente et de l’immobilier en France, comment se sont passées la transition et l’installation? 

Salut Véro! Puisque tu es franco-canadienne, nous n’allons pas nous attarder sur les démarches d’immigration à proprement parler (puisqu’il n’y en avait pas vraiment). Mais j’aimerais savoir ce qui t’a poussé à vouloir revenir vivre au Québec en 2015?

Depuis mon enfance, j’ai toujours été attirée par l’Amérique du Nord. Je suis d’ailleurs allée deux fois en Californie, dont à San Francisco, pour voir si je pouvais m’y installer. Surtout qu’à l’époque, on nous déconseillait d’aller vivre au Canada, car la situation économique et celle de l’emploi n’étaient pas bonnes. Finalement, je n’ai pas pu avoir les papiers nécessaires pour m’installer en Californie, et au fil du temps, la situation économique du Canada s’est améliorée.

Tu t’es visiblement bien préparée à revenir au Québec, c’est pendant cette période de préparation que tu m’avais d’ailleurs contacté. Quelles étaient tes préoccupations à ce moment-là et comment t’es-tu préparée?

Avant de revenir en 2015, mes préoccupations concernaient surtout l’emploi, compte tenu du fait que je n’avais aucune expérience professionnelle au Québec.
À vrai dire, je suis déjà venue au Québec en 2004. Je me suis occupée de ma fille (qui a aujourd’hui dix-huit ans), puis j’ai commencé des études d’infirmière qui n’ont pas abouti. Finalement, je suis retournée travailler en France, car je n’arrivais pas à trouver de travail au Québec, par manque de réseau sans doute!
Donc, lorsqu’il s’est agi de me réinstaller ici en 2015, je voulais savoir si le marché de l’emploi était bon, particulièrement dans le domaine de l’immobilier dans un premier temps.

Quartier de la ville de Sherbrooke en automne

Je me souviens encore de la journée où je suis arrivé pour de bon au Québec, c’était un feu d’artifice d’émotions. Toi, au moment où tu as passé la frontière en te disant «Ça y est, je me réinstalle ici», qu’est-ce que tu ressentais? 

Quand je suis arrivée ici, dans un premier temps, il y avait tellement de choses nouvelles à découvrir que j’étais dans l’excitation du moment. Ça, ça dure environ une année, selon moi. Après, il y a la deuxième phase, celle où tu dois t’adapter. Là, c’est plus dur! Tu dois redescendre sur terre, réaliser que personne ne t’attend et que tu dois te battre pour faire ta place au soleil.

Une fois que tu as posé tes valises pour de bon au Québec, pendant les semaines qui ont suivi, qu’est-ce qui t’a surprise positivement au niveau de ton quotidien? Et à l’inverse, qu’est-ce que tu as trouvé compliqué à vivre?

Le positif, c’est la sensation d’espaces, le sentiment de liberté, l’amabilité des Québécois dans leur accueil... Le confort des logements aussi! On n’a pas cette impression de vivre les uns sur les autres comme dans certaines villes en France (comme à Paris par exemple!).
Par contre, ce qui est plus compliqué, c’est que du fait de l’amabilité des Québécois, on s’imagine qu’on va sympathiser vite fait, et se faire plein d’amis rapidement! Mais c’est une fausse impression, ça prend du temps.
Aussi, manger à 17 h le soir, je peux toujours pas. C’est trop tôt! Ou bien la nuit à 16 h en décembre et les soirées plus courtes qu’en France en été, c’est plus difficile. Enfin, la bouffe est moins variée, mais ça s’est amélioré depuis une dizaine d’années!

Quartier de la ville de Sherbrooke en hiver

Presque un an après ton retour, est-ce que tu te sens intégrée au Québec? Où en es-tu aujourd’hui et quels sont tes nouveaux défis?

Ça commence, ça va un peu mieux, même si ce n’est pas encore vraiment ça pour l’intégration. J’ai un travail, mais il n’est pas très payant et pas vraiment intéressant pour moi. Par contre il me permet d’avoir cette fameuse expérience de salariée québécoise qui me manquait!
Maintenant, mon objectif est de me remettre en recherche active d’emploi, pour en trouver un qui correspond mieux à mes aspirations!



Si vous avez des remarques, ou des questions pour Véronique ou pour moi-même, n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous! 

Pour en savoir plus sur l’emploi au Québec, n’hésitez pas à lire les quelques articles de la section «Emploi» de ce blog.

Vous aimerez aussi :

Rencontres 4429450975343306106

Enregistrer un commentaire Default Comments

  1. Bonjour
    Je suis au début de mon projet de vouloir partir m'installer au Québec,et je suis preneuse de tous les renseignements qui vont pouvoir m'aider dans ce projet.J'ai 50 ans est ce un problème pour s'installer au Québec et surtout pour trouver du travail, en France je travaille en crèche avec un diplôme Français, qui n'a pas d'équivalence au Québec, mais je sais que je peux être aidé éducatrice ! Quel budget dois je prévoir pour arriver avant de pouvoir trouver un travail ? Mon fils va faire des études à St Félicien en partenariat avec son établissement en France, donc pour lui moins de questions se posent ! Je suis originaire du Morbihan. Voilà les premières questions pour le moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut :) Écris-moi un petit message via le formulaire en bas de page pour que j'ai ton adresse email, ou par Facebook (https://www.facebook.com/julien.valat) pour que je puisse te répondre en privé, ce sera plus simple ;) Merci !

      Supprimer
  2. Bonsoir,
    Je suis parti il y a 3 ans au Canada à Montréal plus précisément durant 15 jours en vacances et j'en suis tombé amoureux, depuis je rêve de partir y vivre en plus j'ai une amie qui est partie s'installée il y a plusieurs années maintenant ! C'est là ou j'arrive à ma question : Etant une personne handicapée ( je marche à l'aide d'une canne), je voudrai savoir si c'est un problème pour s'installer au Québec et surtout pour trouver du travail ? En France je travaille à la Poste mais j'ai également une autre passion, je suis artiste dessinateur ! J'ai 44 ans et je voudrai vraiment changer de vie, car ici où j'habite (En Corse), je ne trouve plus ma place et ayant beaucoup voyager (Espagne, Kenya, Australie, Martinique, Guadeloupe, Canada et aux Etat Unis)je me suis rendu compte que j'étais beaucoup mieux ailleurs qu'en France ainsi que chez moi et le Canada fut mon GROS coups de cœur, même si j'ai aimé tous les endroits que j'ai visité. Le Canada reste et restera mon coups de cœur ! C'est pour ça que je voudrai vraiment réaliser mon rêve de partir m'installer là bas ! Est ce que mon handicap est un frein ? Est ce que des employeurs accepteraient d'embaucher une personne comme moi ? ou étant dessinateur ai-je mes chances de trouver un emploi artistique au Canada ? J'attends avec impatience de vos nouvelles ! Bonne soirée et à très bientôt de vous lire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut ! Alors c'est assez complexe de répondre à tout ça de manière catégorique parce que je ne connais pas bien le sujet. La seule chose qui risque d'être compliqué, c'est qu'il faut passer une visite médicale obligatoire pour pouvoir immigrer au Canada et avoir une Résidence Permanente... C'est la seule chose que je vois qui pourrait être complexe... Mais encore une fois, je ne maîtrise pas du tout ce sujet-là... N'hésite pas à venir m'écrire sur mon Facebook Facebook.com/julien.valat ou en m'envoyer un courriel avec le formulaire de contact ci-dessous ! Ce sera mieux pour parler que sur les commentaires :)

      Supprimer

emo-but-icon

Mon eBook exclusif !

Mon conseil pour votre assurance

Mes livres en librairie !

Publicité

item