La tradition québécoise de la cabane à sucre

Le mois d’avril approche — ou débute — et les températures, lentement, vont se réchauffer. Le printemps va pointer timidement le bout de ...


Le mois d’avril approche — ou débute — et les températures, lentement, vont se réchauffer. Le printemps va pointer timidement le bout de son nez et une tradition refait son apparition comme chaque année : la cabane à sucre ! 

Le temps des sucres 

Au milieu d’une érablière (forêt d’érable), une cabane à sucre est le lieu où est produit le sirop d’érable et tous ses dérivés. Vous en trouverez toute une flopée au Québec, dont de nombreuses dans un rayon de une heure de route de Montréal (si vous ne voulez pas aller trop loin). C’est à la fin de l’hiver et au début du printemps (mi-mars environ) que débute le «temps des sucres». Durant cette période, les températures montent au-dessus de zéro en journée, mais redescendent dans le négatif pendant la nuit. Grâce à ces conditions, l’eau d’érable (la sève brute) peut être récoltée. Ainsi, grâce à près de 40 litres de cette eau d’érable, vous pourrez obtenir environ un litre de sirop (par évaporation).

La tradition familiale

C’est pendant cette période que beaucoup de cabanes à sucre vont aussi ouvrir leurs portes pour servir de copieux diners! Au cours de ces repas traditionnels, dans une ambiance chaleureuse et familiale, vous vous verrez servir, généralement à volonté, des plats traditionnels typiques du Québec (mais pas les plus fins ni les plus légers…).

Dans ces grandes cabanes où les longues tables en bois accueillent des dizaines de convives, vous croiserez essentiellement des familles québécoises, des bandes d’amis ou, selon la cabane à sucre que vous avez choisie, des touristes (car oui, certaines sont plus touristiques que d’autres). Le prix oscille entre 20 $ et 40 $ par personne.

Après le repas, vous pourrez généralement apprendre comment est fait le sirop d’érable, mais aussi vous balader dans l’érablière, ce qui est une meilleure idée vu que vous aurez assurément le ventre lourd!

Le menu habituel 

Marinades maison (betteraves, cornichons…) 
Soupe aux pois 
Creton (une sorte de pâté) 
Salade de chou 
Saucisses à l’érable 
Omelette Jambon à l’érable et pomme de terre 
Fèves au lard 
Oreilles de crisse (lard frit et croustillant) 
Crêpes 
Pouding chômeur (gâteau qui va tremper dans du sirop d’érable) 
Tarte au sucre (au sirop d’érable évidemment) 
Tire sur la neige (un dérivé du sirop d’érable, plus épais, que l’on met chaud sur de la neige et que l’on enroule ensuite autour d’un bâton de bois avant de le manger un peu comme une sucette)

Vous aimerez aussi :

Gastronomie 8210745675270656396

Enregistrer un commentaire Default Comments

emo-but-icon

Mon eBook exclusif !

Mon conseil pour votre assurance

Mes livres en librairie !

Publicité

item