L'entretien d'embauche au Québec

Particularités de la langue oblige, on ne parlera pas ici d’entretien d’embauche, mais plutôt d’entrevue . Si vous décrochez une entrevue...


Particularités de la langue oblige, on ne parlera pas ici d’entretien d’embauche, mais plutôt d’entrevue. Si vous décrochez une entrevue, c’est que vous avez passé avec succès la première étape de sélection (CV et Lettre de Présentation). Alors, mettez toutes les chances de votre côté et sachez à quoi vous attendre. 

Avant l’entrevue : ne pas négliger la préparation 

Renseignez-vous sur l’entreprise. 

Autant sur ses activités que sur ses valeurs, son style, etc. Et faites en sorte de le retenir un minimum : n’arrivez pas avec 15 pages imprimées sur l’histoire de l’entreprise lors de l’entrevue, c’est inutile.

Préparez votre tenue. 

Autant que possible, adaptez-vous au style de l’entreprise. Par exemple, ne venez pas en costume-cravate ou tailleur très chic si c’est pour un emploi de designer graphique dans une startup par exemple. À l’inverse, ne vous présentez pas sans costume ou tailleur pour un entretien dans une banque.
Important : Si c’est en hiver et qu’il y a de la neige partout, prévoyez une paire de chaussures que vous changerez en arrivant à l’entretien (ou des surchaussures que vous enlèverez). Ce sera bien mieux qu’une paire de bottes dégoulinantes.

Prévoyez comment vous y rendre.

Vérifiez bien où se situe l’entretien, quels transports vous devrez prendre, combien de temps vous allez mettre… L’important est que vous soyez bien à l’heure ou même un peu à l’avance. Arriver en retard serait du plus mauvais effet, alors soyez prévoyant! Et si un cas de force majeure vous empêchait d’arriver à l’heure, prévenez aussi rapidement que possible.

Préparez le matériel

  • Prenez l’offre d’emploi, des feuilles et un stylo pour prendre des notes. 
  • Prenez quelques CV et lettres de présentation que vous aviez rédigés pour cette entreprise.
Et éventuellement :
  • Rédigez sur une feuille quelques questions que vous voudriez poser (c’est toujours bien vu d’en avoir une ou deux en fin d’entretien, pour montrer votre intérêt)
  • Préparez une liste de références avec vos anciens employeurs et les coordonnées des personnes à contacter. 

Préparez-vous. 

Déterminez le salaire que vous estimez valoir pour ce poste.
Préparez-vous mentalement à devoir répondre à des questions sur vos défauts, vos points forts, votre parcours, vos compétences…
Et préparez-vous à devoir répondre à une ou plusieurs questions en anglais (très souvent).

Pendant l’entrevue : soyez vous-même, mais professionnel ! 

Sur la forme 

  • Il est possible que vous ayez affaire à deux ou trois interlocuteurs en même temps. C’est parfois déstabilisant, mais ne vous en faites pas et restez à l’aise. 
  • L’ambiance sera souvent chaleureuse, voire décontractée. Cela ne signifie pas spécialement que vous serez engagé. L’interlocuteur vous met simplement à l’aise pour savoir un peu mieux qui vous êtes. Et surtout, même si l’ambiance est décontractée, gardez en tête que vous êtes en entrevue alors ne vous décontractez pas trop non plus (au niveau de votre vocabulaire, votre position…). 
  • Il est important de regarder ses interlocuteurs dans les yeux, de ne pas couper la parole et de ne pas élever la voix. 
  • Pour prendre des notes, faites-le si c’est vraiment nécessaire et n’hésitez pas à le demander avant et vous en excusez. Si vous ne faites que gratter du papier, cela sera pris comme un manque d’attention à ce que dit votre interlocuteur. 

Sur le fond

  • Ne soyez pas trop modeste. Montrez que vous êtes le meilleur candidat pour l’emploi en étant factuel et utilisant des exemples concrets sur vos accomplissements lors de vos expériences précédentes. Ne soyez pas arrogant pour autant. 
  • Ne mettez pas trop l’emphase sur votre individualisme. Préférez mettre en avant que vous savez travailler en équipe. 
  • Répondez aux questions posées, ne les détournez pas (vous ne travaillez pas dans la politique!). Si on vous demande vos défauts, donnez de vrais défauts, mais donnez aussi des solutions pour contrer ces défauts. 
  • Si vous avez eu des formations et emplois ailleurs qu’au Canada, prenez le temps d’expliquer la correspondance avec le système québécois. Par exemple, expliquez que votre diplôme d’ingénieur correspond à 5 années d’études supérieures. Autre exemple, si vous avez travaillé chez Auchan ou Carrefour, expliquez que c’est une des plus grandes sociétés françaises de commerce de détail et que c’est comparable à Walmart ou Loblaws. Ça s’applique pour n’importe quelle entreprise, donnez un équivalent local pour que votre interlocuteur se fasse une meilleure idée.
  • Ne soyez pas gêné de parler du pourquoi de votre installation au Québec ainsi que de votre statut actuel et de votre motivation à rester ici. 
  • Si on vous pose la question du salaire (9 fois sur 10) alors répondez franchement, par exemple, en donnant une fourchette qui se base sur vos attentes autant que sur ce que vous savez au niveau du secteur professionnel concerné.

Après l’entrevue : faites un suivi 

  • Demandez, si vous ne le savez pas déjà, comment recontacter votre interlocuteur.
  • Dès que vous rentrez chez vous, envoyez un courriel de remerciement à votre interlocuteur. 
  • Si vous n’avez pas de réponse dans la semaine qui suit, n’hésitez pas à recontacter votre interlocuteur pour savoir où en sont les démarches et réaffirmer votre intérêt pour le poste.

Vous aimerez aussi :

Emploi 4575596378304222627

Enregistrer un commentaire Default Comments

emo-but-icon

Mon eBook exclusif !

Mon conseil pour votre assurance

Mes livres en librairie !

Publicité

item