S’intégrer dans son premier emploi au Québec en 5 points

Un nouvel emploi est toujours une grande étape. Mais un nouvel emploi dans un nouveau pays est encore plus stressant! Il est donc importa...


Un nouvel emploi est toujours une grande étape. Mais un nouvel emploi dans un nouveau pays est encore plus stressant! Il est donc important de faire des efforts pour que cette première expérience professionnelle se passe pour le mieux. Et pour cela, il est nécessaire de correctement s’intégrer à son nouveau milieu de travail. 

Rester humble

Peut-être que vous avez déjà enchaîné beaucoup de jobs dans votre pays d’origine et que vous avez de beaux diplômes... Certainement que ça vous a aidé durant votre processus d’embauche (et c’est tant mieux!). Cependant, rien ne sert d’étaler tout cela devant vos collègues en les prenant de haut. Puis surtout, ne pensez pas que sous prétexte d’avoir une belle expérience professionnelle, votre intégration dans le milieu du travail québécois sera simple! Vous arrivez dans un nouveau pays, où énormément de choses sont différentes de ce dont vous avez l’habitude. Alors, restez modeste et ne vous pensez pas plus doué qu’un autre dans cet exercice qu’est l’intégration, car c’est un processus long et difficile.

Observer les habitudes, s’adapter et respecter les règles 

La phase d’observation est quelque chose de primordial dans la vie d’un immigrant. En effet, comment s’intégrer à une société sans avoir observé et compris la façon dont elle fonctionne? Alors dans votre premier emploi au Québec, il en sera exactement de même : regardez quelles sont les habitudes de l’entreprise et des autres employés, puis surtout, comprenez les règles, écrites ou non, qu’il est important de respecter (d’autant plus que celles-ci peuvent être bien différentes de celles de votre pays d’origine).
Un petit exemple? Si tout le monde se tutoie, même le boss, alors n’allez pas vouvoyer quelqu’un. Ce sera vu comme une mise à distance très mal placée. Autre exemple? Si les employés ont l’habitude de finir leur journée vers 17 h, ne commencez pas à faire des heures sup» jusqu’à 20 h en croyant faire bonne impression : ça aura généralement l’effet inverse!

Aller vers les autres et poser des questions 

Vous êtes le petit nouveau (ou la petite nouvelle) et surtout, vous êtes l’immigrant. Pas besoin de vous en cacher, tout le monde le sait certainement déjà. D’ailleurs, dans la plupart des entreprises, beaucoup d’employés vont naturellement venir vers vous pour vous aider à vous intégrer. Ne mettez pas de barrière sous prétexte que vous êtes timide (ou je ne sais quelle autre raison douteuse). Au contraire, allez vers les gens! Puis si jamais vous ne comprenez pas quelque chose, osez poser des questions : ce sera mieux vu que de continuer comme si de rien n’était. Votre intégration professionnelle vous permet de construire un réseau, et construire un réseau vous permet de vous intégrer au Québec : c’est un peu le serpent qui se mord la queue, mais c’est super important de le comprendre, alors allez vers les autres!

Participer à la vie de bureau

Au moins durant les premiers mois dans votre nouveau travail québécois, il va être important de participer activement à la vie de bureau pour pouvoir se faire accepter par le groupe. En entreprise, les activités entre collègues à l’extérieur du bureau sont régulières, qu’il s’agisse d’un barbecue ou d’une course de karting, en passant par le traditionnel «5 à 7». N’y voyez aucun double sens : un «5 à 7» est simplement le fait d’aller boire un verre avec ses collègues de bureau après une journée de travail (généralement le jeudi ou le vendredi soir). Cela ne veut pas dire pour autant que vos collègues de travail vont devenir vos amis… Mais le but est de socialiser et créer des liens pour mieux travailler, dans une ambiance plus agréable. Alors, ne vous mettez pas sur la touche!

Éviter d’être un «maudit Français» 

OK, cette règle est valable dans votre intégration en général, et pas uniquement au bureau. Et même si on parle de «maudits Français», c’est aussi valable pour les autres francophones! En clair, évitez les tics de langage du genre «dans mon pays, c’était mieux parce que…» puis ne râlez pas à outrance, du moins au début, car vous verrez par la suite que les Québécois sont aussi des champions du «chialage» (comme on dit ici).
Surtout, faites un effort pour comprendre le québécois et ses expressions, pour être au fait de l’actualité de votre nouveau pays, et de ne pas socialiser uniquement avec les quelques employés de la même origine que vous sous prétexte que le contact est plus facile! En bref, allez faire un tour sur cet article...

Vous aimerez aussi :

Emploi 7097540562728124150

Enregistrer un commentaire Default Comments

emo-but-icon

Mon eBook exclusif !

Mon conseil pour votre assurance

Mes livres en librairie !

Publicité

item