5 conseils pour chercher un emploi à Montréal

Beaucoup d’entre vous arriveront à Montréal dans l’espoir de pouvoir y trouver rapidement un emploi. Bien qu’on dise qu’il est plus faci...


Beaucoup d’entre vous arriveront à Montréal dans l’espoir de pouvoir y trouver rapidement un emploi. Bien qu’on dise qu’il est plus facile de trouver un emploi ici, la recherche ne sera pas de tout repos. Et pas toujours aussi efficace que ce qu’on aimerait! Voici quelques conseils pour partir d’un bon pied au niveau de votre recherche d’emploi…

1/Chercher sur les sites Web spécialisés 

Évidemment, beaucoup d’offres d’emplois se trouvent sur Internet. Alors la première étape de votre recherche d’emploi se fera souvent devant votre ordinateur. Vous pouvez même commencer à fouiller avant d’arriver au Canada, pour au moins avoir une idée de l’état du marché du travail et du type d’emplois qui sont offerts.

La plupart des sites offrent leurs services gratuitement. Ils s’appellent Jobboom, Monster et bien d’autres

Deux choses à ne pas sous-estimer :
  • Les réseaux sociaux : certaines pages Facebook et profils Twitter sont spécialisés dans les offres d’emploi, à vous de fouiller pour les trouver. 
  • La recherche en anglais : Montréal, plus que le reste du pays, est très bilingue. Ainsi, certaines offres d’emploi seront rédigées en anglais. Alors, n’hésitez pas à faire aussi vos recherches dans la langue de Shakespeare. 

2/Oser la candidature spontanée 

La candidature spontanée ne sera jamais mal vue. Alors, osez simplement vous proposer, que l’entreprise cherche ou non de nouveaux employés!

Cherchez sur le Web les entreprises dans lesquelles vous aimeriez travailler et envoyez-leur votre candidature (CV + lettre). Évidemment, soignez autant votre candidature que si vous répondiez à une offre d’emploi et ne voyez pas ça comme une vulgaire bouteille à la mer.

Selon le type d’emploi que vous cherchez, vous pouvez aussi aller directement frapper aux portes (bars, restaurants, magasins…). Car finalement, qui ne tente rien n’a rien!

3/Faire jouer son réseau 

Au niveau professionnel, vous devez savoir qu’ici, il est primordial de se construire un réseau (voyez mon article à ce sujet). Car lorsque vient le temps de chercher un emploi, votre réseau sera souvent d’une grande aide.

Et même si vous arrivez seulement sur le sol québécois et que vous ne connaissez encore personne (ou pas grand monde), essayez tout de même de faire jouer vos contacts, même ceux qui sont en France.

Peut-être pourriez-vous trouver une ancienne connaissance ou bien l’ami d’un ami qui habite à Montréal. Autre exemple : certains d’entre vous qui ont peut-être accès à l’annuaire des anciens-élèves de leur école? Regardez alors si certains d’entre eux ont immigré à Montréal et n’hésitez pas à les contacter… Ça commence comme ça!

4/Doit-on prendre un job alimentaire/diminuer ses attentes, en attendant? 

Ici comme ailleurs, ce n’est pas toujours simple de trouver l’emploi idéal. Beaucoup vont donc diminuer leurs attentes en acceptant un emploi moins bien payé ou hiérarchiquement plus bas. D’autres vont même prendre un job alimentaire, pour s’occuper et éviter de piocher dans les économies.

Selon moi, cela peut être une excellente solution! Pour deux raisons principales: 
  • Vous gagnerez en expérience dans le milieu du travail québécois et ça vous permettra de le découvrir (car le milieu de travail ici, est très différent de celui de l’Europe) 
  • Vous rencontrerez du monde, ce qui est parfait autant pour votre intégration que pour la construction de votre réseau 
Mais cela ne fonctionnera qu’à une seule condition: ne jamais se satisfaire de cette situation que vous savez être provisoire. Il faut que vous profitiez de cette situation pour continuer à chercher un meilleur emploi. Cela doit être un tremplin, un pied à l’étrier, un moyen pour vous intégrer… mais ne jamais être une finalité, au risque de vivre une mauvaise expérience…

5/Ouvrir son champ des possibles 

Ici, il est beaucoup plus simple qu’en Europe de sauter d’un domaine à un autre. On ne vous regardera pas de travers si avez un diplôme d’ingénieur en agronomie, mais que vous êtes désormais dans le domaine caritatif (c’est mon cas, d’où l’exemple qui n’est pas un hasard).

Au contraire, on va plutôt s’intéresser à votre parcours, à ce qui a fait que vous en êtes arrivé à ce choix : en clair, on vous offre la possibilité de mettre en avant votre expérience sans vous dénigrer et sans vous rabaisser.

Bref, tout ça pour dire: Osez sortir de votre domaine, sortir de ces fausses croyances que l’on vous a martelé durant vos études. Utilisez votre expérience professionnelle passée comme un outil pour aller où vous le souhaitez, que ce soit votre domaine de prédilection ou un domaine que vous avez envie de découvrir.

Et même si, de prime abord, il semble que l’offre d’emploi ne s’adresse pas à vous, mais qu’elle vous intéresse tout de même, prenez une chance: expliquez pourquoi malgré tout, le meilleur choix, c’est vous!

Vous aimerez aussi :

Trousse d'arrivée 5490165044059757522

Enregistrer un commentaire Default Comments

  1. Bonjours, au Quebec n'existe-t-il pas de boite d'intérim ou d'équivalent? cordialement.

    RépondreSupprimer

emo-but-icon

Mon eBook exclusif !

Mon conseil pour votre assurance

Mes livres en librairie !

Publicité

item